Dessin centré ou Mandala

L’analyse transactionnelle nous parle du concept de l’enfant libre qui est un réservoir riche en créativité et en énergie. Pour contacter cette ressource en soi nous pouvons nous donner de bonnes permissions telles que la liberté de mouvements, la spontanéité, l’imagination, la créativité, qualités propres à l’enfance, mais qui se sont souvent émoussées sous la pression des contraintes sociales, des interdits, ou des difficultés de la vie. Certains n’y ont pas eu accès à cause d’une éducation trop rigide. Aussi, contacter l’enfant en soi, c’est pouvoir puiser dans les ressources inépuisables de l’enfance, l’élan vital primordial, la faculté de s’émerveiller, la capacité à imaginer et à créer, la faculté de vivre l’instant présent, dans l’ici et maintenant.

 

La pratique du dessin centré ou mandala permet de redevenir enfant avec la conscience de notre être adulte. Cela va favoriser les retrouvailles avec cette partie de nous qui ne demande qu’à s’exprimer par des expériences ludiques avec des formes et des couleurs pour se réapproprier la joie et l’énergie de vie.

 

Ce cercle avec sont point focal symbolise l’organisation car il offre des repères stables. Il calme et il apaise l’agitation mentale. Ainsi, sa structure pré-établie pousse à gérer les limites, à les respecter et à accepter un cadre contenant qui va favoriser tout en douceur la créativité et l’intuition.

 

Créer un mandala demande de rassembler à l’intérieur d’un espace délimité, les éléments d’un thème donné en les organisant autour d’un centre, ce qui donne à l’ensemble une puissance de transformation extraordinaire. Le centre du mandala représente la partie inaltérable de notre être et de la vie qui se perpétue. Il permet de rassembler notre monde intérieur avec le monde extérieur et aussi de nous mettre en lien avec notre inconscient en conscience grâce aux couleurs, aux images et aux sensations. Il est fait pour être expérimenté. Sa pratique se fait grâce à l’union entre le corps et l’esprit. Il n’est pas nécessaire de savoir dessiner ou peindre pour créer un mandala mais d’être prêt aux surprises qu’il nous réserve, en tant que miroir de notre monde intérieur.