Définitions

Le terme « psychopraticien » est un nom de métier qui succède à l’ancienne appellation "psychothérapeute" avant que celle-ci ne soit devenue un titre réservé. Le décret du 22 mai 2010, en application de la loi dite "Accoyer", réglemente le titre de psychothérapeute, et non la pratique de la psychothérapie.

  • Le psychopraticien accueille, écoute et accompagne toute personne en difficulté. Il l'aide à mieux se comprendre, à redonner du sens à sa vie, à mieux s'ajuster à elle-même ainsi qu'aux autres et à son environnement. La relation qui s'établit là, réelle et transférentielle, est moteur de changement pour elle. Tout psychopraticien reconnu par ses pairs a obligatoirement suivi une formation rigoureuse et une psychothérapie ou psychanalyse personnelle approfondie.
  • Le psychanalyste est à l’écoute de l’inconscient de son client. Il intervient généralement peu, agit dans une relation transférentielle. Son cadre théorique est celui de Freud et de ses successeurs. Il n’est reconnu par ses pairs qu’à l’issue d’une psychanalyse personnelle aboutie.
  • Le psychiatre est médecin, spécialiste des maladies psychiques. Il est le seul habilité à prescrire des médicaments. Ses consultations, en qualité de psychiatre, sont remboursées par les organismes sociaux. Dans le cadre de son diplôme universitaire, il ne lui est fait aucune obligation d’effectuer un travail psychothérapeutique ou psychanalytique personnel.
  • Le psychologue, formé à l'université, a étudié de façon objective les théories psychologiques et les comportements. Il est habilité à faire passer des tests psychologiques, de personnalité. Il intervient surtout en institution. Dans le cadre de son diplôme universitaire, il ne lui est fait aucune obligation d’effectuer un travail psychothérapeutique ou psychanalytique personnel.